Départ le 30 avril 2023

Meteo consult

Paul Meilhat : « C’est une très bonne nouvelle que cette transat Figaro se court désormais en double mixte »

© Alexis Courcoux - 

Engagé depuis peu dans une nouvelle campagne IMOCA sous les couleurs de Biotherm qui le mènera à l’Ocean Race 2023 et au Vendée Globe 2024, Paul Meilhat, vainqueur de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe en 2018, est un skipper engagé (La Vague, Surfrider, l’Echappée Bleue…). Celui qui a beaucoup navigué avec Samantha Davies mais également remporté cette transat en double Figaro Beneteau lors de l'édition 2014 est bien placé pour évoquer la mise en place de la mixité au sein de tous les équipages de la prochaine Transat Paprec.

« C’est une très bonne nouvelle que cette transat Figaro se court désormais en double mixte !

J’ai eu la chance de naviguer beaucoup avec Sam Davies ces derniers temps mais aussi avec des figaristes qui débutaient comme Elodie Bonafous. J’avais d’ailleurs participé à la sélection sur le Challenge Océane. Quand tu navigues avec des filles au large, tu te rends compte qu’il y n’aucune différence entre la pratique féminine et la pratique masculine et donc qu’il n’y a pas de questions à se poser de savoir si les filles et les garçons peuvent courir ensemble.

Dans le milieu, beaucoup sont contre la discrimination positive et notamment les filles qui ont leur fierté et veulent qu’on les considère pour ce qu'elles font, et pas pour ce qu'elles sont. Pour autant, toutes les expériences de ce type ont porté leur fruits, l’Ocean Race par exemple a été précurseur dans la course au large avec l’instauration de règles et d’abord sans celles-ci il n’y aurait pas eu de femmes dans les équipages et ensuite ça a permis aux femmes sélectionnées de mettre un coup d’accélérateur à leur carrière et d’en faire leur métier.

Dans la catégorie dans laquelle je cours, en IMOCA, nous avions des objectifs similaires. Cependant compte tenu du nombre de bateaux dans la série mais aussi du nombre de filles expérimentées sur ce type de bateau c’est un peu tôt pour mettre cela en place. Faire des courses mixtes c’est super mais ça ne se fait pas juste en claquant des doigts. Cette Transat Paprec va permettre de mettre en place une vraie filière de formation, d’emmener des femmes au Figaro et d’en former un certain nombre qui vont ensuite monter sur des séries et des bateaux plus gros, permettant d’envisager dans quelques années la mise en place de courses mixtes dans ces séries également et pourquoi pas aussi de voir des femmes courir sur des supports où elles sont très peu présentes aujourd’hui, en Ultime par exemple.

Dans la même veine, il faudrait aussi que cette augmentation des filles qui naviguent à haut niveau s’accompagnent d’un nombre de femmes plus importantes dans les équipes techniques et de préparateurs. C’est important de féminiser nos métiers à tous les niveaux.

Savoir si je referais cette course ? Dans les prochaines années ça n’est pas prévu avec mon programme en IMOCA mais ensuite pourquoi pas, ça pourrait être sympa de revenir dans une logique de transmission. J’ai fait ma première transat en double figaro avec Jean Paul Mouren qui avait 2 fois mon âge et je trouverais ça super qu’à mon tour dans quelque temps je participe d’une manière à former et passer le relais ! »
 

- Paul Meilhat, vainqueur de l’édition 2014 avec Gwenolé Gahinet -